Oeuvre du mois : les résultats

Chaque mois, les musées de Dijon mettent en lumière une oeuvre de leurs collections... une occasion unique de la découvrir dans les moindres détails. Cette saison, vous pouvez participer au choix de cette oeuvre en élisant celle que vous souhaiterez voir présentée.

 

Pour cette première oeuvre du mois de novembre 2017, le vote proposait un choix entre trois œuvres issues des collections du musée des Beaux-Arts. Les votes ont eu lieu entre le 21 septembre et le 30 septembre (sur facebook et par bulletin papier). Parmi les trois oeuvres proposées, l'oeuvre retenue est la "Venus endormie" de Dirk de Quade van Ravesteyn (plus d'infos ci-dessous)

 

Détail des votes (80 votants) :

  • 55 % pour la "Vénus endormie" (44 voix)
  • 25 % pour les "Pères copistes" (20 voix)
  • 20 % l'Annonciation et la Nativité (16 voix)

 

 

L'oeuvre retenue

Vénus endormie

Dirk de Quade van Ravesteyn

fin XVI°siècle - début XVII° siècle ?


L'art très raffiné de la cour de Prague à la fin de la Renaissance a sans doute suscité cette Vénus endormie peinte par Dirk de Quade van Ravesteyn. Vénus ? Endormie ? Qui pourrait dormir dans cette attitude ? Et sous la couche picturale, réapparues avec le temps, se devinent des pièces d'or évoquant plutôt Danaé... Un somptueux rideau, une couchette précieuse, des broderies délicates, des bijoux étonnants mettant en valeur un corps parfait à la carnation claire et délicate, des perles en abondance, et, ouvrant l'espace, un petit coin de paysage entraîne le spectateur, ou plutôt ramène son œil vers le premier plan, qu'il croit presque toucher !

 

© DMP / F. Jay

Proposition 2

Les pères copistes

Anonyme suisse - fin XVe siècle

Deux panneaux de bois figurent deux doubles fausses niches de pierre s'ouvrant sur deux évêques, un cardinal et un pape, assis à leur curieux bureau, face à nous. Ils recopient, sur un volume ou un rouleau de parchemin posé sur leurs genoux, un livre placé à la hauteur de leurs yeux. L'un est accompagné d'un lion, l'autre taille sa plume d'oie, un lavabo pourra laver les mains de ceux qui ont deux encriers... Cet ancien retable démonté, à fond d'or gaufré, présente les quatre pères de l’Église (saints Ambroise, Grégoire, Jérôme et Augustin) comme des moines copistes du Moyen Âge.

 

© DMP / F. Jay

Proposition 3


L’Annonciation et la Nativité

Jorg Breu le vieux - début du XVIe siècle

 

Ces deux petits tableaux au style étonnant plein de saveur présentent des scènes très courantes de l'histoire sainte : sous une curieuse arche mi-or-mi-bois, un ange aux traits fins, ailes déployées, semble entrer, par la porte ouverte sur un paysage, chez Marie lisant devant sa fenêtre : une colombe plane au-dessus d'elle, un vase de fleurs est posé au sol entre eux : c'est L’Annonciation. La Nativité a eu lieu dans une ruine en pierre, l'Enfant Jésus couché sur le manteau de Marie, à terre, pendant que Joseph, échevelé, épuisé et grognon, sort chercher de l'eau...

 

© DMP / F. Jay